« Le ventre de Paris », vous connaissez ? Mais si vous savez, Zola y dépeint les Halles marchandes de Paris au 19ème, et toutes les denrées qu’on y trouve: viande, poisson et autres… On y suit d’ailleurs les aventures de Gradelle, qui y tient une charcuterie. Tiens, tiens, c’est donc de là que vient le nom de ce restaurant atypique 😉

L’extérieur ne laisse pourtant rien présager du décor romanesque des lieux ! Alors on n’hésite pas à pousser la porte pour se laisser emporter dans un décor d’un autre temps. Entre la reconstitution au sol d’un passage de Barcelone, ses miroirs vieillis accrochés au mur, son plafond bancal façon art nouveau, ses bibelots négligemment disposés de ça de là, on est servi ! L’ambiance est délicieusement enchanteresse.

La clientèle, plutôt masculine il faut bien se l’avouer, se presse pour y déguster de la viande sous toutes ses formes, spécialité de la maison. On n’en attendait pas moins d’une charcuterie, aussi fictive soit-elle ! Tartare de bœuf, filet de bœuf, onglet de bœuf, entrecôte, tout y passe ! La carte propose néanmoins des gambas, pour une clientèle plus féminine. A noter d’ailleurs, le menu change très régulièrement, 6 à 8 fois par an. Alors on pensera à revenir fréquemment !

Stéphane s’attache à travailler avec des passionnés, que ce soit le boulanger et le boucher du coin, les vignerons indépendants, afin de garantir la meilleure qualité à ses clients. La viande façon bouchère est garantie 100% française. Et bien sûr, tout est maison !

Je commence par une petite salade de lentilles et saumon (8€). Le saumon mariné est fondant, la salade bien fraîche avec sa crème au piment doux, ça commence bien ! Mon amie opte pour un œuf parfait et son velouté d’asperges. Là encore, on se régale ! L’œuf est cuit à point et se marie parfaitement avec le velouté, crémeux à souhait, d’asperges, céleri et copeaux de parmesan.

Nous poursuivons, déjà bien repues, avec le plat principal. Le magret de canard, reconnu 5eme meilleur magret de Paris par le Figaro Scope, me fait de l’œil… Finement relevée de sa sauce poivre, la viande est tendre et fondante, la note est méritée ! En accompagnement, je choisis la ratatouille maison aux légumes de saison. On oublie la ratatouille de mamie aux légumes trop cuits et sans saveurs ! Ici, les légumes sont croquants et frais. Mon amie choisit quant à elle les gambas (19€) et son huile au piment doux. Léger et frais, ce plat est parfait pour les soirées d’été. Et la purée de patates douces est à tomber. Littéralement…

Nous n’avons franchement plus faim, mais impossible de résister aux desserts. Inconditionnelle du chocolat noir, je me laisse convaincre par le chef de tenter le Chocolat Royal (9€), pavé de chocolat, surmonté d’une ganache au chocolat noir 70%, recouvert d’un coulis puissant tout chocolat. Je ne suis pas déçue ! Mon amie choisit la tarte aux fraises (7€), avec son pavé breton, sa crème pâtissière fraiche aux fraises et sa chantilly au miel.

Les prix sont assez alignés avec ceux pratiqués dans les bistrots français. Entrée/Plat ou Plat/Dessert à 20€ le midi, Entrée/Plat/Dessert à 35€ le soir.

Sorte d’ovni dans son quartier, L’ancienne Maison Gradelle est une adresse à retenir ! Notamment quand on vient au Grand Rex et qu’on cherche une adresse raffinée et dépaysante, qui change des adresses habituelles et populaires du quartier. En tout cas, moi j’adore !

 

Comment se rendre à L’Ancienne Maison Gradelle déguster une bonne viande?

Laisser un commentaire