Cela faisait bien longtemps que je voulais tester un resto dont tout le monde parle: Kodawari Ramen, rue Mazarine à Paris. Ouvert depuis 1an 1/2, ce temple de la nourriture japonaise, dédié aux Ramen sous toutes leurs formes, vous fera saliver!

D’entrée, le ton est donné: ambiance petite ruelle japonaise étriquée, avec ses fausses devantures et ses lampions suspendus aux toitures. Des journaux et des magazines nous invitent à la lecture, à condition de savoir lire le japonais 😉 Ne soyez pas impressionnés par la queue, qui peut être très longue, à l’entrée de la petite enseigne. Ce resto vaut vraiment le détour!

Nous passons devant les cuistots qui touillent et touillent encore les fameux bouillons, et nous dirigeons vers le fond de l’échoppe, comme si on s’enfonçait dans des petites ruelles de Tokyo. A l’étage, nous traversons un rideau et nous retrouvons dans une petite salle très charmante et pleine de cachet, gros panneaux de bois au mur et pantoufles aux pieds du vaisselier. On se croirait vraiment hors de Paris et hors du temps.

Tandis que nous lisons la carte, très alléchante, nous entendons de nombreux jeunes (et des moins jeunes) commenter les saveurs inattendues et les goûts nouveaux qu’ils expérimentent. Il n’en faut pas moins pour éveiller notre curiosité!

Nous commençons par deux petites entrées typiques: takuan (radis mariné très savoureux) et tsukudani (algues et champignons dans un mélange croquant/fondant intéressant), à 2E50 chacun.

Puis le précieux sésame arrive. Les RAMEN! Mais d’abord, de quoi s’agit-il? En fait, le ramen est un plat très complet typiquement japonais (c’est même le plat le plus consommé au Japon depuis une centaine d’années), bien plus célèbre là-bas que les sushis et les makis que nous consommons habituellement dans les restos japonais. C’est un plat de nouilles dans lequel on cherche l’équilibre et l’harmonie entre plusieurs éléments, dont la soupe, les nouilles et les toppings. Les amateurs de yoga apprécieront!

A noter d’ailleurs, absolument tout est maison, même les nouilles, préparées à partir de leur propre blé cultivé dans leur propre champ non loin de Paris, pour une texture et un goût incomparable. Le bouillon est également préparé sur place, à partir de poulet jaune fermier des Landes. Quant aux exhausteurs de gout, vous n’en trouverez pas ici! Les produits sont travaillés sans relâche jusqu’au fameux “umami“, l’alliance des bons produits et du bon goût donc.

Je tente le Shoyu Ramen, le classique de la maison (12E), malgré une carte assez énigmatique: “Assemblage de trois sojas japonais, dashi de coquillages bretons et tourteaux, chashu de porc fermier basque”. En fait, il s’agit d’un bouillon plein de saveurs dans lequel baignent des nouilles exquises, accompagnées d’algues et de bambous. Une tranche de rôti de porc sublime ce plat exotique. J’y ajoute un tamago (2E), un gros oeuf fermier mollet, mijoté dans un bouillon de sauce soja, délicieux!

Mon ami opte pour un choix plus osé, le Kurugoma Ramen, la spécialité de la maison (13E). La carte ne nous aide pas plus: “Sauce secrète au sésame noir, ail et gingembre, chashu de porc fermier basque”. Nous ne voyons pas vraiment de différence avec le ramen classique, si ce n’est une sauce noire assez épaisse et très parfumée, qui donne une autre dimension à ce plat copieux!

Nous n’avons plus franchement faim, mais les deux desserts proposés nous font de l’oeil. Je me jette sur les glaces artisanales, sésame et yuzu, aux goûts très prononcés. Ca change de la glace industrielle! Mon ami choisit la crème chantilly au sésame blanc, spéculos au beurre salé et croquant amandes. Une belle façon de terminer ce fabuleux repas! Chaque dessert est à 6E.

 

En plus, le prix est franchement abordable: comptez une quinzaine d’euros par personne pour un ramen et une petite entrée qui vous caleront jusqu’au prochain repas. Il y a beaucoup de monde et les réservations ne sont pas possibles, donc armez-vous parfois de patience, notamment le samedi. Sinon, faites comme moi, venez-y un midi en semaine. Et encore, à 14h15, je voyais encore quelques personnes patienter dehors en attendant de se faire servir 😉

Heureusement pour nous, le deuxième restaurant de ce passionné de culture japonaise ne devrait pas tarder à débarquer en ville 😀

Comment vous rendre chez Kodawari Ramen

Laisser un commentaire

  1. Kodawari Ramen

    Bonjour Marine, merci pour votre visite et ce post. Au plaisir de vous revoir chez Kodawari !

  2. Une passion japonaise chez Kodawari Ramen – Blog de cuisine

    […] Lire la suite de l’article sur “Les Bons Restos” […]