Parfait pour un déjeuner d’affaires ou pour un dîner romantique, Le Gaigne nous ouvre ses portes en plein coeur du 8ème arrondissement de Paris, non loin de la gare Saint-Lazare. Ouvert depuis plus de 3 ans, l‘enseigne familiale a su convaincre une clientèle de fidèles habitués. Soyez préparés pour un voyage gastronomique haut en couleurs, où vos papilles seront très sollicités!

La pièce principale est assez spacieuse, une musique d’ambiance et des lumières douces nous donnent tout de suite le ton: ici la gastronomie se joue à toutes les sauces. L’accueil est extrêmement professionnel, avec des serveurs en tenue qui nous prennent nos manteaux et nous installent à une petite table ronde en retrait. Il est midi quinze et déjà une foule d’hommes d’affaires se pressent à l’intérieur.

Pour nous faire patienter, nous commençons avec une bonne surprise: des accras de colin, au gout fin et subtil, une petite soupe de légumes réconfortante et savoureuse, et des petits biscuits à l’aneth relevés d’une pointe de sel. Nous nous régalons!

La carte est très belle et extrêmement appétissante, c’est difficile de choisir! En plus, les plats tournent et ne restent jamais plus de deux mois au menu. Quand au menu découverte (33E à 42E), il change toutes les semaines. Alors il faudra revenir!!

Un large choix de pains nous est proposé: pain bio, aux céréales, à l’ancienne… Tout chaud et très bon!

Nous tentons donc le dôme de veau aux aromates (20E): un mélange subtil de saveurs, aussi beau visuellement que bon gustativement. Les carottes apportent beaucoup de couleurs à ce plat, finement relevé de moutarde à l’ancienne.

 

Nous enchaînons avec les plats. La carte de poissons est particulièrement alléchante.Pour ceux qui n’aiment pas trop le poisson, soyez rassurés, les viandes sont également très appétissantes! J’avais d’ailleurs hésité avec un magret de canard, mariné au piment d’espelette, avec des bonbons de cuisse confite aux figues et un trio de courge. Intéressant non?

Pour l’heure, j’opte pour un pavé de lieu jaune cuit au foin (36E). La cuisson est parfaite, je regrette seulement qu’il n’y ait pas un deuxième pavé… L’accompagnement est exquis: entre girolles et têtes de veau pôellées, et purée d’herbes fraiches au vert éclatant.

 

Mon ami choisit un filet de barbue poêlé (45E), accompagné de dômes de choucroute et chou vert, décoré d’un coulis de chou rouge acidulé. Le serveur vient verser une petite sauce beurre blanc aux algues au dernier moment. Le plat est franchement divin!

 

Nous n’avons plus très faim, mais impossible de résister à la carte des desserts. Je craque pour le moelleux au chocolat “Fortissima” Pralus, à 74% de cacao. Inconditionnelle du chocolat, mes attentes sont élevées! Et bien, je dois dire que je ne suis pas déçue, loin de là. Le sorbet noix de coco est rafraichissant, tandis que le coeur fruits de la passion apporte une touche exotique et se combine parfaitement à l’intensité du coeur coulant de ce moelleux. Il s’agit d’ailleurs d’un des desserts favoris du chef, qui revisite fréquemment sa recette en changeant le coeur passion par de la menthe, de la coco,…

Alors oui, la note est un peu salée, surtout si comme moi vous accompagnez votre repas d’un bon verre de vin (16E les 12cL de Condrieu, délicieux ceci-dit, avec une carte des vins remarquable et un sommelier au top). Mais cette adresse est franchement à retenir, pour les occasions spéciales, ou pour se faire plaisir tout simplement! Inutile de vous dire que je n’étais pas du tout surprise quand on m’a informée que le restaurant affichait très souvent complet et que ses tables ont toutes été assiégées lors de l’initiative “Tous au restaurant” le mois dernier!

Pour vous rendre chez Le Gaigne

Laisser un commentaire

  1. Nat

    hummm, rien qu’à la lecture de la carte, on salive …..